Tête d'affiche

mardi 25/07

DE PALMAS

Théâtre du château | Entre 22:00 et 23:50 | Plein tarif : 35€ - Tarif réduit : 30€ - Tarif enfants : 5€ - Pass 5 jours : 110€

Gérald De Palmas est un artiste majeur de la variété française.

« La dernière année », son premier album sorti en 1994, et le single « Sur la Route » devient un énorme succès. De Palmas est élu Meilleure révélation aux Victoire de la Musique 1995, ce qui lui permet de rencontrer son public à travers plus de trois cent concerts.

Son second album « Les lois de la nature » sort en 1997, mais connaît un accueil plus mitigé. De Palmas connaît ensuite le vertige la page blanche. La création s’interrompt.

Il s’en va donc voir Jean-Jacques Goldman chez lui. Ce dernier écrit le texte de la chanson « J'en rêve encore ». Cela réenclenche le processus créatif de De Palmas qui aboutira à son troisième album

« Marcher sur le sable », un disque enregistré de façon passionnée.

2002 sera réellement l'année de la consécration : élu Meilleur artiste interprète aux Victoires de la musique, il enchaîne sur une tournée de plus de 180 concerts.

Les tubes s’enchaînent : « Une seule vie », « Regarde-moi bien en face ». Sa chanson « Tomber », sur des paroles de Maxime Le Forestier, étant même reprise en anglais par Céline Dion.

Grâce à ce succès incontesté, on lui proposera même d’écrire des chansons pour Johnny Hallyday. Une consécration prénommée « Marie ».

En 2014, Gérald De Palmas a célébré les deux premières décennies de sa carrière solo en publiant un album, entre fugue et raison, dominé par l’anglais. Bercé par la musique anglo-saxonne depuis l’adolescence, il franchissait le pas et décidait de s’exprimer dans la langue fantasmatique de la pop.

Après une tournée de 70 concerts en 2014, Gérald De Palmas revient en 2016

Sur son nouvel album, « Pour la beauté du geste », il a convenu de joindre à nouveau la parole en français. Pour ce faire, il est retourné à la Réunion, où il est né, pour tout reprendre à zéro. Juste avec une guitare et une feuille de papier.

Il a souhaité se repositionner. Se libérer des cases de son échiquier. L’heure est à la franchise.

Des vers forts, des couplets bruts, des refrains vivants.